Fichiers EPS

Résumé : Echanges de fichiers EPS (PostScript Encapsulé) entre Macintosh et PC. Ce qu'il vous faut savoir pour répondre aux différentes situations.
 

Introduction

Le format EPS (Encapsulated PostScript) a été défini par Adobe dans le cadre de son langage de description de pages, PostScript.
C'est un format vectoriel (non pas bitmap), ce qui fait qu'il peut être agrandi/réduit et qu'il n'est que peu lié aux périphériques de sortie (affichage et impression). Puisque le codage se fait en ASCII, il n'existe pas d'obstacle de principe aux transferts entre les plates-formes.

Fichiers EPS et fichiers PS

Prenons d'abord le temps de corriger une confusion très fréquente : les fichiers EPS ne sont pas des fichiers d'impression. Ce qui veut dire que les fichiers EPS ne sont pas des fichiers que l'on peut simplement envoyer sur une imprimante Postscript.
Les fichiers EPS sont des fichiers Postscript encapsulés (Encapsulated PostScript). La différence réside naturellement dans cette encapsulation. Les fichiers EPS sont destinés à être placés dans un autre fichier (même si certaines applications utilisent le format EPS pour sauver leurs données). Enfin, précisons que les fichiers EPS ne peuvent pas dépasser une page (pour pouvoir être montés dans une maquette) tandis que les fichiers PS peuvent naturellement regrouper un nombre quelconque de pages.
Les fichiers d'impression (envoi des instructions d'impression par le pilote vers un fichier et non pas vers une imprimante) sont des fichiers Postscript (parfois appelés fichiers PRN ou PS pour cette raison).

Fichiers d'impression

Après ce que nous venons de dire, il reste à préciser que nos programmes sont largement utilisés pour transférer des fichiers d'impression qui doivent être flashés en passant par un RIP dont le frontal est un Macintosh (ou inversement, d'ailleurs, mais ce flux de données est moins important en volume). Pour essayer de ne pas semer plus de confusion, nous abordons cette question des fichiers d'impression par ailleurs.

Images de prévisualisation

Il arrive très souvent que les fichiers EPS montés dans une maquette sur une autre machine que celle de création ne soient pas visibles, et se présentent sous la forme d'un cadre gris. Il arrive d'ailleurs également que certains utilisateurs s'affolent en voyant une image de prévisualisation extrêmement grossière. On constate cependant que les images s'impriment correctement (image complète avec la résolution voulue) sur une imprimante Postscript.

Tout cela s'explique par l'image de prévisualisation.
1) Certains fichiers EPS n'en contiennent pas.
2) D'autres contiennent une image à faible résolution qui est stockée dans le code Postscript lui-même. C'est ce que font la plupart des applications sur PC. L'image de prévisualisation est dans ce cas généralement une image au format TIFF.
3) Enfin, dans une troisième version, l'image de prévisualisation est stockée dans un autre fichier, un autre flux ou une autre branche. C'est ce que font la plupart des programmes graphiques sur le Macintosh, et les fichiers EPS Macintosh possèdent une image de prévisualisation au format PICT placée dans la branche de ressources. Cette image est généralement perdue lors des transferts de données entre plates-formes.
Sur le Macintosh, les programmes de type professionnel savent gérer les images de prévisualisation au format TIFF. D'autres ne savent pas afficher l'image de prévisualisation de l'autre machine et affichent donc un cadre gris.
Cependant, dans certains programmes graphiques, il est possible, au moment de la création du fichier EPS, de spécifier le type d'image de prévisualisation que vous souhaitez. Cela peut être utile dans le cas d'échanges fréquents et réguliers avec un même interlocuteur.
Si vous devez remonter des fichiers EPS dans une maquette, vous pouvez également rouvrir les fichiers dans un programme graphique (Illustrator, Corel Draw, par exemple) et les resauver dans le format de votre machine.

Images EPS sans environnement PostScript

Une image EPS ne peut être exploitée que dans un environnement PostScript. Si vous recevez une image EPS (par exemple un logo créé par un graphiste), vous ne pourrez l'utiliser (dans Word, par exemple) que si vous utilisez une imprimante PostScript. Sinon, il reste la possibilité d'ouvrir l'image dans Photoshop pour la rastériser et obtenir une image par points (BMP, JPEG ou autre). Dans ce cas, nous conseillons de réaliser plusieurs versions, correspondant à plusieurs rapports d'agrandissement/de réduction. Il est également possible de traiter l'image dans le Distiller Acrobat pour produire un fichier PDF.

Texte présent dans les fichiers EPS

Il est souvent utile, si votre fichier EPS contient du texte composé avec des caractères accentués, dans des polices très particulières, de sauvegarder ce texte sous la forme de dessin (outline). De cette manière, si votre interlocuteur ne possède pas les mêmes polices, ou en possède une variante avec d'autres lettres accentuées, ce texte devient un élément du dessin. Il va de soi que vous perdez alors la possibilité d'apporter des modifications au texte.

Polices dans les fichiers EPS

Le problème des polices incluses ou non incluses dans les fichiers EPS est le plus souvent posé à propos des fichiers EPS créés par Xpress. On entend en effet souvent dire qu'Xpress ne place pas les données des polices dans le fichier. Il semble que cela ne soit pas vrai, même s'il est tout à fait vrai que d'autres applications ne savent pas trouver les polices et obligent à les resélectionner.
Si vous examinez l'en-tête d'un fichier EPS créé dans Corel ou dans PageMaker, vous trouvez l'instruction :

	%%DocumentFonts: atend

Cette instruction n'est pas reconnue actuellement par Xpress. Au contraire, Xpress code les informations sur les polices de la manière suivante :

	%%DocumentFonts: Helvetica
	%%+ Helvetica-Bold
	etc.

Etant donné qu'Illustrator (testé sur les versions Mac 5 et 6) ouvre parfaitement les fichiers EPS créés dans Xpress, on peut retenir que toutes les grandes applications ne codent pas ces éléments de la même façon, sans qu'aucune des méthodes soit fausse. On peut retenir que, puisqu'Illustrator sait traiter les fichiers codés des deux façons, il est bon de les passer dans ce programme et de les resauver lorsqu'on rencontre des problèmes à transférer des fichiers.

Pour en savoir plus...

Si vous vous intéressez au langage Postscript, une visite du site d'Aandi (Quite Inc.) s'impose. Le site d'Adobe est également une mine de choses intéressantes.

 
Logiciels & Services Duhem
3, rue Pierre Haret - F-75009 Paris (France) - Tél. (+33) [0]149 700 455 - SIRET 381 149 996 00047 - TVA Eur. FR32 381 149 996
email : info (chez) macdisk.com - web : http://www.macdisk.com