Échanges PC-Mac d'Apple

Résumé : Outil Échanges PC-Mac d'Apple et les limites qu'il impose aux transferts de données entre Macintosh et PC. Analyse de différentes situations.
 

Introduction

Le premier avantage d'Echange PC-Mac (EPM) est d'être gratuit. Certaines mauvaises langues pourraient même dire que c'est là son seul avantage... Ce logiciel constitue certainement une bonne solution pour reprendre sur un Macintosh des données stockées sur une disquette PC, mais ses insuffisances deviennent rapidement des tares dès qu'il s'agit d'échanges sérieux, notamment dans la gestion des gros volumes magnétiques, et surtout dès que vous êtes à l'autre extrémité de la chaîne, côté PC.

Les lacunes d'Échanges PC-Mac

Voici ce que nous considérons comme les principales lacunes du logiciel. Nous les reprendrons en détail plus loin, en expliquant pourquoi cela peut devenir une gêne pour les utilisateurs professionnels. Ajoutons tout de même qu'il n'effectue pas de conversion logique, même des fichiers de texte, ce qui peut sembler le comble!

Même si un certain nombre de ces problèmes correspondent à des choix qui ont été opérés pour préserver le confort d'utilisation sur le Macintosh (de manière à masquer un maximum de choses à l'utilisateur, comme toujours) et qui ne sont pas nécessairement illogiques, nous pensons que cela suffit à vouloir rechercher d'autres solutions. Il serait illusoire d'attendre un produit commercial sur le Mac qui ose concurrencer à la fois Apple et le prix du logiciel (!). La solution consiste donc le plus souvent à utiliser des outils sur le PC.

Gestion des noms longs

EPM, qu'on le croie ou non, ne supportait pas les noms longs ni d'ailleurs les minuscules et les majuscules jusqu'à tout récemment. Il a fallu attendre deux ans après la sortie de Windows 95 pour qu'une nouvelle version d'EPM sorte avec cette fonctionnalité (avec le système 8, en fait). Il semble que tous les Macintosh ne puissent pas faire la mise à niveau. Tant pis !

Noms déformés avec un ! initial

Lorsqu'un fichier Macintosh dont le nom fait plus de 8 caractères + 3 caractères d'extension est copié sur un support DOS, EPM lui attribue un nom DOS en 8+3 du type !xxxxxxx.xxx et stocke le nom long dans un fichier caché, pour pouvoir le rétablir si l'utilisateur décide de recopier le fichier du support DOS vers le support Mac.
Par exemple, un fichier appelé "Feuille de calcul" deviendra sur la disquette "!FEUILLE.DEC".
Ce comportement a évolué avec la dernière version du programme, qui gère désormais les noms longs de fichiers et de répertoires. Précisons toutefois que la gestion des caractères accentués est à tout le moins lacunaire, puisque que les noms courts créés sur le support comportent des traits de soulignement à la place des lettres accentuées. De même, dans le sens Mac vers le PC, il n'y a toujours pas de gestion des extensions.

Pas de gestion des extensions dans le sens Mac->PC

Si EPM offre des fonctions de paramétrage afin d'attribuer une signature (voir la page que nous consacrons aux signatures Macintosh sur ce site), rien n'est prévu dans le sens inverse. Si nous reprenons l'exemple ci-dessus, il aurait été nécessaire d'attribuer une extension de type ".XLS" (à supposer qu'il s'agisse d'une feuille de calcul Excel) afin que l'utilisateur puisse lancer Excel automatiquement sur le PC afin d'ouvrir la feuille.

Pas de support des volumes formatés avec l'utilitaire AFDISK d'Adaptec

Je ne suis certainement pas en mesure de formuler une analyse définitive des raisons qui font que EPM ne sait pas monter certains volumes formatés sur le PC, mais il semble que les volumes formatés avec l'utilitaire AFDISK d'Adaptec soient systématiquement refusés. Il est clair qu'AFDISK a certaines particularités, mais Adaptec est tout de même le leader incontestable du marché SCSI sur le PC. On ne peut pas se permettre de l'ignorer.

Impossibilité de monter certains supports PC

Au-delà des supports formatés avec AFDISK, certains volumes ne parviennent pas à monter sur le bureau du Macintosh. Mentionnons les volumes formatés en mode "floppy" sous OS/2 ou même sous Windows 95.

Impossibilité de supporter des volumes Mac et PC sur un même périphérique SCSI

Imaginez que vous venez de vous offrir un splendide lecteur de cartouches amovibles pour équiper votre Macintosh. Vous vous dites certainement que vous allez pouvoir enfin échanger tranquillement des données avec vos interlocuteurs PC en toute simplicité. Oui, certainement, mais cela suppose de ne pas l'utiliser pour lire des supports Macintosh. Quoi ? Oui, parfaitement ! Il faut aller dans le tableau de bord EPM, sélectionner le lecteur pour indiquer qu'il sera piloté par EPM et qu'il ne faudra donc pas charger le pilote Macintosh, redémarrer le Macintosh. J'espère seulement pour vous que vous n'êtes pas de plus en réseau, avec peut-être des utilisateurs qui ont ouvert des fichiers sur votre machine...
Et si je veux lire un support Mac ? C'est simple... Vous allez dans le tableau de bord EPM, vous décochez l'option et vous redémarrez la machine... Des commentaires ?

Limite du nombre des sous-répertoires

Il semble qu'il existe une limite au nombre des sous-répertoires gérés par EPM. La source la plus fiable indique 8 niveaux. Nous n'avons pas effectué de tests précis. Rappelons que la profondeur de l'arborescence, sur le PC, n'est limitée que par la longueur du chemin d'accès. Il y aurait d'ailleurs beaucoup à dire là-dessus.

Limite de la taille des supports

Il semble que EPM refuse de monter des volumes de plus de 850 Mo. C'est en tout cas le résultat de ma propre expérience. Je suis dans l'impossibilité de monter un volume Jaz de 1 Go sur mon Macintosh.

Création d'innombrables fichiers et répertoires cachés

Lorsqu'EPM charge un support DOS, il le balaie et crée dans chacun des répertoires un fichier (caché, qui plus est !) appelé FINDER.DAT qui contient les noms Macintosh des fichiers ainsi que des données sur la position de la fenêtre, le mode d'affichage, etc. De plus, il crée un répertoire (toujours caché !) appelé RESOURCE.FRK contenant la branche de ressources des fichiers Macintosh que l'on pourrait copier sur le support. Ces fichiers sont gênants parce qu'ils sont difficiles à supprimer. Si une disquette peut facilement se reformater, il n'en va pas de même des supports amovibles ou des disques durs. Par ailleurs, on peut être amené à fournir des fichiers à des interlocuteurs qui ont un souci aigu de la sécurité et qui détestent les fichiers et les répertoires cachés.

Autres solutions sur le Macintosh

Avant qu'EPM ne soit fourni gratuitement avec le système d'exploitation, il existait (principalement) deux produits assurant les mêmes fonctions : Access PC, d'Insignia Solutions et DosMounter, de Dayna Communications. Il est clair que les perspectives sont très sombres pour ces deux produits. Cependant, DosMounter a été repris par Software Architects, qui propose une version d'évaluation valable une semaine.

Conclusions

Si vous travaillez sur un Macintosh, pourquoi ne pas utiliser EPM, puisque vous en disposez gratuitement ? Si vous n'utilisez que des disquettes pour importer des données depuis un PC, la situation n'est pas mauvaise à la condition que votre version du système soit suffisamment récente. Si vous utilisez d'autres types de supports, sachez que vous aurez à effectuer quelques contorsions qui risquent de vous faire trouver un goût amer à la traditionnelle convivialité du Macintosh.

Si par contre vous travaillez sur un PC, nous pensons qu'il est indispensable d'utiliser des outils sur votre ordinateur. D'abord à cause de tout ce que nous venons d'exposer, mais également parce que les utilisateurs de Mac, généralement, préfèrent ne pas s'intéresser à ce genre d'aspects techniques, ce qui est d'ailleurs leur droit. Dans ce cas, il vaut mieux qu'ils ne fassent rien et qu'ils vous fournissent des supports Macintosh normaux, avec des noms de fichiers normaux. A vous de paramétrer vos outils pour obtenir les résultats que vous recherchez.

Les outils (MacDisk) que nous avons développés pour répondre à ces besoins offre toutes les fonctions nécessaires à cet effet, y compris pour gérer ces supports MS-DOS manipulés par EPM, en récupérant correctement toutes les données (y compris les polices) avec des extensions ayant un sens.

Pourquoi ne pas télécharger une version de démonstration dès maintenant ?

 
Logiciels & Services Duhem
3, rue Pierre Haret - F-75009 Paris (France) - Tél. (+33) [0]149 700 455 - SIRET 381 149 996 00047 - TVA Eur. FR32 381 149 996
email : info (chez) macdisk.com - web : http://www.macdisk.com